LA JOIE DU SILENCE

 


Le calme est dans le vent. Un nouveau luxe? Un nouveau combat? Une nouvelle quête existentielle?

Dans notre modernité envahie par le brouhaha des villes et les sonneries des téléphones portables, le silence semble comme l'orang-outan de Sumatra, une espèce, ou plutôt un espace en voie de disparition." dit Catherine Robin dans un article dans Elle le 2 décembre.
"Il est vrai qu'il est de plus en plus difficile de trouver de grandes zones dépourvues de pollution sonore, à l'instar de la pollution lumineuse qui nous empêche de plus en plus de contempler les étoiles" continue-t-elle.

 

Que faire alors? Accepter ceci comme phénomène moderne? Accepter que nous n'allons plus pouvoir "entendre" le silence?


On crée des espaces maintenant dans les trains (rarement respecté), dans les gares, dans les lieux publiques pour créer le silence, cultiver le non-bruit. Cela devient presque un luxe. Mais le silence Catherine poursuit "ce n'est pas seulement une affaire d'absence de bruits. C'est aussi savoir se taire. Et dans une époque où se déconnecter, c'est ne plus exister, faire un voeu de silence, ne serait-ce que de courts instants, est devenu, sinon impossible, à tous le moins transgressif."

Anthropologue David le Breton dit "L'idéologie de la communication contemporaine assimilie le silnce au vide, à un abîme insupportable au sein du discours....."

Dans notre société de la communication permanente, le silence fait ainsi l'objet d'une traque permanente, perpétuelle. Des sollicitations de mails, de téléphone, le flux incessant de paroles nous remplissent.

Nos journées sont pleines de bruit quasi même dans les silences possibles! Mais il existe un façon de faire une contre-attaque à cette situation. A ne pas devenir esclave de nos smartphones - prendre les moments de déconnection. le silence c'est se retrouver avec soi-même. Pas feuilleter sa page facebook, glisser un oeil sur les mails, non.Un moment purement avec soi!

"Avec lui, le temps cesse de nous prendre." dit David. "Être taiseaux, comme on dit, n'est pas toujours bien vu..." c'est souvent vu de façon négative.

Mais se taire, prendre plaisir dans les pauses de silence ou conversation modérée c'est un art, c'est ne pas s'engager dans les paroles futiles afin de trouver ou de se retrouver le chemin avec soi-même et vers ce monde qu'on a peut-être oublié.

Alors ce weekend, cette semaine, cette année, cultivons les plages d'horaires de silence "positive", les instants de déconnexion afin d'être plus connecté avec soi-même.

Hari Om Tat Sat