Inspirations & Motivations

Gabrielle Alya - Une chanteuse d'étoile

29 novembre 2019 15:52

Gabrielle Alya est musicienne et chante avec une vois pure et authentique. Sur son tout nouvel album, Inner Child, Gabrielle nous enchante avec la clareté de sa voix et la résonnance intérieure. 

 

Tu es musicienne – est-ce que tu as toujours été dans la musique ?

 

Enfant, je chantais beaucoup avec ma mère, ma tante ou seule aussi. Mais je n’ai commencé à prendre des cours de chant qu’à l’âge de 16 ans, puis je suis rentrée au conservatoire et je me suis dirigée vers le lyrique, l’opéra.

 

Quelles sont du coup tes inspirations ?

 

Elles sont multiples. Enfant, j’aimais particulièrement Simon &Garfunkel et Patrica Kaas, c’est ce qu’écoutaient mes parents!

Plus tard, adolescente quand j’ai chanté dans un groupe, j’aimais beaucoup chanter les Pink Flyod, Toto, Police etc.

Les chanteuses dites « à voix » m’ont bien influencée à une période. La chanteuse israélienne Noa était pour moi une artiste accomplie, elle avait une voix magnifique, jouait incroyablement bien des percussions tout en chantant et en plus elle écrivait ses propres textes !! J’ai aussi toujours été fascinée par ces voix parfois brutes qui semblaient connectées à une culture et une sagesse ancestrale, des voix de « Terre » avec des racines dont je manquais à l’époque.

 

Qu’est-ce que la musique t’apporte ?

 

Elle m’a apporté tellement que je crois bien qu’elle m’a peut-être sauvé la vie ! J’étais si timide et renfermée, je n’aimais pas vivre sauf quand je chantais ou dansais. Aujourd’hui encore, elle me permet de me relier aux autres et au divin, de méditer, de prier. Elle est au centre de mon équilibre, j’aime la partager et sentir que cela fait du bien aux gens.

C’est sûrement ce qu’on pourrait appeler une « mission de vie ».

 

Penses tu que c’est important d’être influencé par la musique dans la vie ?

 

Je pense que la musique décuple notre capacité à ouvrir notre cœur. Elle est primordiale, présente chez tous les peuples, dans les rituels, la prière, les célébrations. Elle ne passe pas par le mental, elle nous traverse et fait vibrer toutes nos cellules. Elle nous touche en plein cœur, c’est un outil de guérison. C’est une voie mais il y en a d’autres. Selon moi, l’important n’est pas d’être influencé par la musique, mais de se laisser influencer, traverser, respirer même, par ce qui nous inspire dans la vie.

 

Quel a été le déclic qui t’a permis d’aller vers ce chemin de musique à plein temps ?

 

Le déclic a été pour le coup très pragmatique puisque je faisais des études de biologie, je venais d’obtenir mon DEUG (Bac +2) et j’avais commencé à suivre les cours de Licence. Je me suis bien vite aperçue je ne pourrais pas aller plus loin sans travailler plus. Dès qu’ils avaient un moment de libre, tous les étudiants se plongeaient dans les revues scientifiques alors que moi j’allais chanter !!

Malgré les peurs, j’ai donc décidé d’étudier la musique à plein temps pour en faire mon métier puisque c’était ce que je désirais le plus. J’avais 20 ans.

 

Tu es aussi formée en Wutao, qu’est-ce que c’est?

Le Wutao® est un art corporel créé en l’an 2000 par Paul Charoy et Imanou Risselard. Il s’agit d’ « éveiller l’âme du corps », on parle aussi d’écologie corporelle. La pratique du Wutao est basée sur le mouvement ondulatoire de la colonne vertébrale.
Véritables calligraphies de gestes, les mouvements de Wutao permettent de renouer avec l’intelligence du corps et de goûter au « sentiment du geste ».

 

Qu’est que cette pratique t’apporte ?

 

Une véritable cure de jouvence ! Le Wutao m’a permis de dissoudre bien des tensions et des émotions engrammées dans mon corps. Il m’a aussi permis d’expérimenter le souffle alchimique ce qui est génial, et pour une chanteuse, c’est inestimable !

Quand j’étais enfant, je m’identifiais à la princesse égyptienne Théti Chéri dans la BD « Papyrus » dont la mission était de danser pour prier les Dieux. Eh bien le Wutao, pour moi c’est ça, j’ai compris que chaque mouvement est une danse au service du divin…

 

Tu viens de sortir un album, parle-nous de cet album.

 

Tout d’abord, il faut comprendre que je viens du lyrique. Une musique très belle qui requiert une grande technicité mais qui fondamentalement ne me ressemble pas. J’avais besoin de simplicité, de bienveillance et de sens dans les paroles de mes chants. Il y a un peu plus de 3 ans j’ai effectué un tournant artistique. J’ai eu l’opportunité d’acquérir un Handpan et j’ai changé de répertoire. Je chantais des chants du monde, des mantras, en toutes les langues tout en m’accompagnant au Handpan. J’ai commencé à donner des concerts avec ce nouveau répertoire, je me sentais à ma place musicalement, je sentais aussi que cette nouvelle musique était bien reçue du public, il se passait quelque chose de magique. Les gens me demandaient à chaque concert si j’avais un CD, et c’est là que l’idée de l’album est née.

Du nom d’une de mes compositions, l’album s’appelle Inner Child ou l’enfant intérieur. Je suis très fière d’avoir osé ! Cela paraît tout bête, mais c’est une véritable aventure dans laquelle on a vite fait de se dévaloriser et de baisser les bras…

J’ai osé écouter mon enfant intérieur et réaliser ce rêve. J’ai aussi osé demander l’appui de l’univers avec un financement participatif réussi.

Cet album est l’éclosion de quelque chose en moi resté longtemps en gestation.

J’ai beaucoup de tendresse pour cette réalisation qui me ressemble tellement. Je suis une habitante de la Terre aux racines multiples. Cet album réunit des chants des quatre coins du monde:

Mantras, chants médecine, traditionnels, compositions originales, odes à la nature, à la paix et invitant à la réconciliation.J’aime faire découvrir l’essence et la sagesse de ces chants, et faire fleurir l’émotion.

 

Quels sont tes projets pour l’année à venir ?

 

Essentiellement faire connaître l’album et ma musique. Chanter dans des festivals, et pourquoi pas signer avec un label ou une maison de disque. Car tout ce qui est nécessaire à la réalisation et à la promotion de l’album est très intéressant mais j’aimerais passer plus de temps à la création, la musique. Chacun son métier ! ;-)

 

Qui sont tes héros et pourquoi ?

 

Le dalaï-lama car je suis bouddhiste et je trouve la situation des tibétains si injuste et difficile. Et pourtant, il est porteur de paix et de réconciliation.  Il y a beaucoup d’artisans de la sagesse comme lui dans le monde, des personnes qui ont compris que pour changer le monde, il fallait se placer dans le cœur et commencer par changer notre vision.

Puis il y a toutes ces personnes qui, sans tomber dans la colère, aident chaque jour les gens, les animaux, la planète à leur manière portant la voix de ceux qui ne peuvent pas parler.

Enfin, toutes les femmes qui se sont affranchies de leur passé, les guérisseuses, sorcières, chamanes, mystiques, qui retrouvent leur puissance, tendent la main à leurs sœurs et dont le chant guérit le monde.

 

Quand tu voyages quelles sont les choses que tu amènes systématiquement avec toi ?

 

Deux bracelets, un tibétain de perles en bois et l’autre avec de la préhnite.

Et mon Handpan dès que je peux évidemment !

 

Quels seront tes mots de sagesse ou d’inspiration pour tous ceux qui cherchent à se faire du bien dans leur quotidien ?

 

Oh il y aurait beaucoup à dire, j’en choisirais un car il m’est cher et qu’il est vrai de toute éternité :

Un mantra (en tibétain) qui est comme une formule magique pour moi, un refuge : Om Mani Pémé Hung, d’ailleurs c’est le premier chant de l’album, dans lequel chante ma fille. La compassion (Mani) et à la Sagesse (Pémé) sont indissociables (Hung)

Autrement dit, plaçons nous dans l’espace du cœur, connectons-nous au Silence qui est Conscience pure et portons un regard bienveillant sur nous-mêmes et sur le monde.

 

Peux-tu donner quelques titres de livres qui ont inspiré ton chemin ?

 

Celui qui m’a le plus influencée et encouragée à mes débuts, pendant la période délicate des choix de vie : métier, relations amoureuses … C’est l’Alchimiste de Paolo Coelho. Je le lisais à chaque fois que je me sentais perdue et je l’ai offert aussi à plusieurs reprises.

 

Si tu peux choisir une personne avec qui prendre le goûter ce serait qui et pourquoi ?

 

Ce serait ma fille, Lilwen qui a 9 ans. Avoir un enfant est la plus belle expérience de ma vie. Elle me fascine, tellement pleine de vie, de générosité, de surprises ! Je ne cesse d’apprendre à son contact. J’apprends à me connaître, je me réinvente, elle m’incite à dépoussiérer les croyances, ce qui n’est pas toujours facile mais c’est toujours pour un mieux…!

Je me rends compte qu’il y a tant de choses que nous devons faire dans cette société qui accélère toujours plus, que parfois nous perdons de vue l’essentiel, des choses simples, comme se donner du temps avec son enfant, la voir grandir, nous voir grandir ensemble.

Donc oui un goûter avec Lilwen, pour profiter plus de sa présence, en Présence justement !

D’ailleurs, tiens, mercredi je le lui propose!

 



Sélection de Inspirations & Motivations
Carrière d'une yogini nomade

Quand l'appel est fort de partir mais le chemin finalement devient riche d'expérience

Isabelle Jan

Une vie d'écologie interne

Happy Heart, Happy Soul

Prenez soin de votre cœur et le mental suivra….

Marie-France Farré

Save the Green - une tendance écologique

D'Autres Catégories De Style De Vie